Titres : Législatives et régionales du 29 Avril: UNIR lance l'offensive à Dapaong ... Togo/Politique: un ciel lourd ...  Il faut mettre un terme à la catastrophe humanitaire au Soudan  ... Littérature: Evalo wiyao dédicasse un nouvel ouvrage. ... Togo: situation nationale: "Le peuple Togolais ne mérite pas cela" Dominique Guigbile, évêque de Dapaong ... Mango: Vers l'homologation prochaine du terrain Doumbé? ... LETP Mango: À 42 ans, un élève s'inscrit avec son fils. ... Double scrutin du 20 avril 2024 au Togo: l'ordre de positionnement des candidats aux régionales sur le bulletin de vote connu ... Double scrutin du 20 Avril : Parfaite Yamone, l'expression de la promotion des femmes à Tandjoare 1 ... Togo: Voici le premier grabuge après l'adoption d'une nouvelle constitution ...
Accueil Articles Accidents de circulation : Les tricycles sèment la mort dans l’Oti
Histoire

Accidents de circulation : Les tricycles sèment la mort dans l’Oti

par Edouard Samboe - 2023-12-12 12:33:09 248 vue(s) 0 Comment(s)

De source syndicale, les engins à trois roues, que nous appelons communément « tricycles », ont occasionné des accidents qui ont fait plus de dix morts dans la seule semaine du 05 au 11 novembre 2023 dans la commune de l’Oti 1.

La dernière victime en date du lundi, 11 novembre 2023,  s’appelle AWA. Elle trouve une mort assez tragique dans un tricycle alors qu’elle se rend à Dapaong pour affaire. Selon les témoins, le tricycle roule à toute vitesse lorsque survient  l’éclatement du pneu avant au niveau de GALANGASHI, à environ 18 km au nord de la ville de Mango.

Mme AWA est tuée sur le coup. Le corps est gravement endommagé. Elle est enterrée quelques heures plus tard selon la coutume musulmane.

La ville de Mango est sous le choc. Mme AWA est connue de tous dans le quartier N’GBANDJASSOU. Elle est une femme battante. Elle fait du commerce de céréales et venait d’acheter ce tricycle.

« Le tricycle n’est même pas encore enregistré à notre niveau », nous confie Moussa, délégué du syndicat des conducteurs de tricycles de l’Oti, « nous avons sensibilisé nos conducteurs et les propriétaires d’engins en vain, sur l’excès de vitesse, le respect du code de la route et surtout le surcharge ».   

Nous saisissons cette unième occasion pour attirer l’attention de nos jeunes frères conducteurs de ces engins à trois roues sur les dégâts causés par l’excès de vitesse. Ils doivent cesser de rejeter les conséquences de leur indélicatesse sur « la volonté du bon Dieu » et faire des efforts pour observer les règles de la circulation. Nos mamans commerçantes doivent aussi cesser d’encourager les surcharges à cause de l’argent. Il faut bien être en vie pour bénéficier des fruits de notre travail.

N’DJAMBARA Nassoma Nanzoumana

Laabali

Published
Categorized as Histoire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *