Titres : Nouvelle Constitution Togolaise: ADDI appel à un sursaut patriotique ... Évala et pluie : Les spectateurs de la finale de Lassa en quête de nouvelles paires de chaussures ... Évala en pays Kabyè: Quand les chèvres remplacent les chiens ... Gestion des ordures ménagères : Un nouveau départ pour la commune de Tône 1 ... Clôture de la campagne de chirurgie de la cataracte dans la région de la Kara ... M'barma Kolani Yanoubo : une vie de combat ... Libération de Marthe Nounfoh Faré : Une victoire pour la liberté d'expression. ... Togo: Braquage mortel sur la RN1 près d'Agbélouvé ... Pesticides non homologués : Au Togo, ces pratiques qui ont la peau dure ... Paulette Yétinam Samboé : Ecolière inspirante ...
Accueil Articles Presse : Le Cenozo dénonce « l’embastillement » du journaliste Anas Aremeyew Anas
Monde

Presse : Le Cenozo dénonce « l’embastillement » du journaliste Anas Aremeyew Anas

par Edouard Samboe - 2023-04-07 02:26:20 296 vue(s) 0 Comment(s)

Le 01 avril 2023, la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest (CENOZO) dénonce la décision de la Haute Cour de Justice du Ghana estampillé « CIVIL SUIT NO : GT/892/2018 » contre le journaliste d’investigation, Anas Aremeyew Anas. Lisez in extenso le communiqué du Cenozo

Cette décision de justice qui vise à discréditer le journaliste Anas Aremeyew Anas jette par ricochet le discrédit sur le journalisme d’investigation, qui reste jusqu’à preuve du contraire l’un des genres les plus nobles du métier de journaliste.

La CENOZO dénonce cette procédure inique dont l’objectif clairement affiché est de saper l’image et la réputation du journaliste d’investigation Anas Aremeyew Anas. Anas Aremeyew Anas est connu pour son travail sur des sujets qui fâchent dans son pays, le Ghana. Ses enquêtes ont permis de mettre la lumière sur des cas de corruption et de gabegies financières qui minent le système de gouvernance du Ghana, voir ailleurs.

La CENOZO condamne fermement les allégations mentionnées dans le texte de la décision de justice.

Non seulement le juge de la Haute Cour du Ghana rejette une plainte en diffamation déposée par le journaliste d’investigation Anas Aremeyaw Anas, mais il le décrit comme un « maître chanteur corrompu ». La CENOZO s’inquiète qu’un juge formule son opinion sur le travail d’un journaliste en des termes aussi injurieux et calomnieux.

Le crime d’Anas Aremeyew Anas aura été de révéler un cas de diffamation contre l’homme politique MP Kennedy Agyapong, du parti au pouvoir. Celui-là même qui avait incité au soulèvement et à l’assassinat en 2018 d’Ahmed Suale, proche collaborateur du journaliste Anas Aremeyew Anas.

La CENOZO s’étonne de l’abandon par le juge Eric Baah de la dimension civile de l’affaire pour basculer l’affaire sur des conclusions criminelles incriminant le journaliste Anas Aremeyew Anas.

La CENOZO exprime ses vifs regrets vis-à-vis de cette attitude désinvolte de la Haute Cour de Justice du Ghana et interroge les mobiles qui ont véritablement conduit à cette sentence expéditive. La CENOZO exprime son inquiétude au regard de nouvelles formes d’embastillement et d’atteinte à la liberté de la presse au Ghana.

La CENOZO interpelle vivement les autorités judiciaires ghanéennes, lesquelles ont toujours fait preuve d’intégrité et de transparence dans la distribution équitable de la justice, de mettre fin à cette procédure inique qui s’apparente à un règlement de compte aux allures politiques et politiciennes.

La CENOZO sollicite la mobilisation de la presse Ghanéenne, l’ensemble de la presse internationale ainsi que les organisations de défense des droits humains et de la presse à se mobiliser pour dénoncer cette action de la Haute Cour de justice.

Anas Aremeyew Anas est un journaliste réputé pour son engagement à dénoncer des faits de corruption et de détournements de fonds publics au Ghana et ailleurs. Il a travaillé dans le cadre de plusieurs enquêtes collaboratives pour forger une réputation de journaliste engagé, au service exclusif de l’intérêt public.

Cette sentence que la CENOZO estime disproportionnée vient montrer, une fois de plus, le contexte difficile dans lequel les journalistes africains, et particulièrement les journalistes d’investigation, exercent leur métier.

La CENOZO interpelle vivement le Président de la République du Ghana, Nana Ado Akufo, ainsi que le Commandeur en chef de la République du Ghana à initier des actions vigoureuses et d’envergure pour mettre un terme à cette action tendant à mettre en péril les droits des journalistes et ceux dus à la presse au Ghana.

La CENOZO se joint à toutes les organisations régionales et internationales de défense de la liberté d’expression et de la presse pour exiger des autorités Ghanéennes la gestion dépassionnée de cette affaire selon les rigueurs de la loi et à la lumière des seuls faits.

La CENOZO réaffirme son attachement au principe sacrosaint de la liberté de la presse, tant au Ghana qu’au-delà.

Pour la CENOZO

Le Conseil d’Administration

Published
Categorized as Monde

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *