Titres : Mango: L’inauguration du centre de lecture et d’animation culturelle ... Mango: Le Ministre Lamadokou inaugure le Centre de lecture et d’animation culturelle ... La danse de l'eau ... Ouverture de la 1ere session ordinaire: Le maire appelle à préserver la paix ... Dapaong: Engagement collectif pour sauver des vies grâce aux feux tricolores ... Crise Ligue des savanes/FTF: La ministre des sports réagit ... Crise Ligue des savanes: le ministère des sports réagit ... Dapaong : Ces mineurs laissés à la charge des grands-parents ... Bénédiction des couples homosexuels : Dr jules Yoda critique le SCEAM ... Oti: Promouvoir l'inclusion sociale à travers le football féminin ...
Accueil Articles Latchilb Kolani : « Nous ne sommes plus une jeunesse manipulable »
Opinion

Latchilb Kolani : « Nous ne sommes plus une jeunesse manipulable »

par Edouard Samboe - 2023-05-31 17:08:29 1354 vue(s) 1 Comment(s)

C’est un jeune homme qui parle peu, mais qui est franc. Il s’est imposé dans l’univers des web activiste togolais, depuis plusieurs mois. Il se prononce particulièrement sur l’actualité de la région des Savanes, avec un ton particulier. Sa dernière sortie, a été un coup de tonnerre, lorsqu’il a dénoncé les rackets dont sont victimes les dapaonvillois. Dans cette Interview exclusive, Latchilb Kolani, l’homme connu sous le titre « Humour-vérité », sort de silence, et explique ses motivations.

Laabali: D’où vous est sorti, le titre » Humour et vérité » ?

Latchilb Kolani  dit « Humour-Vérité »: Cela vient d’une discussion avec le grand frère King MONDO artiste chanteur. C’était suite un sujet qu’il me disait que je fais de l’humour mais il y a de la vérité dedans. il trouve que je peux prendre comme nom de ma page Humour vérité.

Comment est né chez vous l’engagement communautaire ?

La situation de la crise sanitaire qui est la COVID-19 à déclencher mon engagement communautaire, car la population avait besoin de sensibilisation surtout en langue locale pour comprendre les mesures barrières.

Au cours de vos sorties sur votre page, vous dénoncez les tares de la région. Pourquoi ?

J’ai choisi dénoncer les tares de la région en premier lieu, c’est pour éviter des manifestations de la population qui causent parfois dégâts indésirables et des arrestations pour trouble à l’ordre public. En second lieu, les réseaux sociaux sont un moyen de communication très rapide qui permettent de maintenir l’ordre public. Cependant, il y a d’autres conséquences liées aussi à l’usage des réseaux sociaux, mais là n’est pas la question pour le moment.

Selon vous, pourquoi la région décolle-t-elle pas économiquement ?

Je ne peux pas répondre clairement à cette question, car je ne suis pas un espère en économie, mais la situation sanitaire que nous avons vécue entre temps à eu un impact négatif considérable sur l’économie de la région. Aujourd’hui la situation sécuritaire met à mal l’économie des Savanes. Aucune nation ne peut se développer sans la paix voire une région privée d’un bon climat d’affaire.

Lors de votre dernière sortie, vous dénoncez les rackets des agents des recettes. De quoi s’agit -il ?

Les agents de la douane sous la direction de leur chef le colonel Adji Atchalla traquent les commerçants détaillants au lieu des grossistes pour des frais de douane. Les commerçants ont fait des démarches auprès de nos autorités locales sans gain de cause, raison de ma sortie.

Selon vous, que doivent faire les agents des recettes pour aider les populations ?

Loin de leur apprendre leur travail, mais ils savent où orienter leur regard pour atteindre les recettes qu’ils ont à faire sans inquiéter la population, car ce n’est pas aujourd’hui que la douane est arrivée dans la région pour que la population puisse pleinement vaquer à leur activité commerciale.

Craignez-vous pour votre sécurité ? Avez-vous subi des menacés ?

Nous sommes dans un pays de paix pour tous, même si je crains pour Ma sécurité ça serait peut-être liée à la situation sécuritaire que traverse le milieu. Mais le chef de l’Etat et le ministre de la Sécurité et de la protection civile en collaboration avec nos FDS fond de leurs mieux pour nous garantir une tranquillité dans la région. Pour ce qui concerne les menaces je n’en subis aucune de près ou de loin pour le moment, mais on ne sait jamais.

Votre dernier mot à la jeunesse et aux hommes politiques

J’appelle la jeunesse des Savanes à l’union pour la cause commune et de rester toujours patriotes pour que nous luttions tous contre le terrorisme dans notre milieu. Aux hommes politique des Savanes, je les appelle à être dans les actions concrètes, car nous ne sommes plus une jeunesse manipulable pour se mettre derrière ceux qui ne luttent pas pour le développement du milieu, car pour nous, un « Homme, c’est des valeurs », et nous avons besoin des faiseurs d’Hommes et non ceux qui vont se servir de nous pour avoir des postes politiques pour se remplir les poches et nous oublier.

Propos recueillis par

Edouard Kamboissoa Samboé

Laabali

Published
Categorized as Opinion Tagged ,

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *