Titres : Quand l'élève reprend le Professeur : Une leçon de droit constitutionnel ... Examen du BEPC : Un démarrage sous une pluie battante dans la région des Savanes ... Tamoï : Survivre à l'indescriptible ... Tamoï : Survivre à l'indescriptible ... Togo: Plan International et CRS lancent des projets pour renforcer la résilience des populations dans les région des ... ... 29e Tour cycliste du Togo: l'hymne du Mali résonne à Dapaong ... Démarrage d'une campagne de chirurgie de la cataracte à Dapaong . ... Hommage à Yannick Laurent Bayala : Une voix qui s'éteint, un héritage qui demeure ... Élections à l'UTOCI : Kolani Douti réélu Président ... Crise au sein du football Camerounais:Eto'o Obtient le soutien de la FIFA ...
Accueil Articles Kara : Le commerce de la poterie en baisse                  
Économie

Kara : Le commerce de la poterie en baisse                  

par Edouard Samboe - 2023-04-11 11:46:07 1141 vue(s) 0 Comment(s)

La poterie dans la vie des populations de la Kozah, n’est pas seulement une activité rémunératrice de revenue, mais aussi une science, et un art. C’est une activité utile et environnementale qui fait vivre les femmes et les hommes qui s’adonnent à la fabrication de ses ustensiles à base d’argile.

Malheureusement, depuis plusieurs mois, la période de soudure impacte négativement les revenus de la poterie. Une activité qui est en baisse, selon les producteurs et les revendeurs. Avec pour conséquence la diminution des revenus et la paupérisation continue des personnes engagées dans la fabrication des choses à base de l’argile.

Dans le nouveau marché de Kara, à la rentrée principale de la grande porte, tout juste à droite, des tas d’ustensiles faits en poterie.  Pour les curieux, c’est un espace de commerce dédié à la poterie. Une activité autrefois florissante, qui se voit en baisse, vu que le monde se modernise. Un habitant nous explique « les gens ne s’intéressent plus à ces poteries, d’autres par contre affirment que c’est les ancêtres qui les utilisent lors des cérémonies et consort ».

Dans ce marché de plusieurs centaines de hangars et des milliers de commerçants, ces produits faits à base de l’argile sont vendus à ciel ouvert. Ils sont vendus selon la grandeur et la taille de l’ustensile. Une commerçante confie « Les plus petits peuvent valoir un prix de 1000 FRCFA ou plus ».

« Aujourd’hui vu que nous sommes au 21e siècle, ou tout le monde pense vivre comme les occidentaux, en ne voulant plus utiliser ces produits-là, cela ne marche plus. Pourtant, avant c’était dans ça qu’on mangeait, qu’on préparait des produits pour guérir des maladies », ajoute une autre commerçante.

Selon les témoignages des différentes commerçantes, c’était une activité qui marchait autrefois. Une activité qui portait du fruit pour les producteurs et les revendeurs. « Lors des Evala (cérémonie de lutte traditionnelle), Akpema (cérémonie d’initiation des filles) et aautres cérémonies de la localité, les vieux s’y intéressaient et au cours cérémonies de fêtes.                        

 Kpatchaa Atchassibini

Laabali

Published
Categorized as Économie

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *