Titres : Le NET marque du terrain à Borgou ... Tandjoare: les populations renouvellent leur alliance avec ADDI ... Législatives et régionales du 29 Avril: UNIR lance l'offensive à Dapaong ... Togo/Politique: un ciel lourd ...  Il faut mettre un terme à la catastrophe humanitaire au Soudan  ... Littérature: Evalo wiyao dédicasse un nouvel ouvrage. ... Togo: situation nationale: "Le peuple Togolais ne mérite pas cela" Dominique Guigbile, évêque de Dapaong ... Mango: Vers l'homologation prochaine du terrain Doumbé? ... LETP Mango: À 42 ans, un élève s'inscrit avec son fils. ... Double scrutin du 20 avril 2024 au Togo: l'ordre de positionnement des candidats aux régionales sur le bulletin de vote connu ...
Accueil Articles Santé sexuelle & reproductive : Un projet de l’association Tchowouré en faveur des filles et des femmes déplacées
Santé

Santé sexuelle & reproductive : Un projet de l’association Tchowouré en faveur des filles et des femmes déplacées

par Edouard Samboe - 2023-05-30 19:22:43 890 vue(s) 1 Comment(s)

Au Togo, des efforts sont déployés pour lutter contre la vulnérabilité des femmes mais il reste encore beaucoup à faire pour garantir l’égalité des genres et mettre fin aux discrimination et violences à leur encontre surtout dans la région des savanes, constate l’association Tchowouré. Afin de promouvoir les droits de la femme et l’égalité des genres, cette association entend apporter sa pierre à travers son projet  » Renforcement de capacité des filles et femmes du Togo, notamment les déplacés dans un contexte sécuritaire sur la Santé sexuelle et reproductive (SSR) et les violences basées sur le genre (VBG) dans les régions des Savanes.

« SSR-VBG région Savanes ». Ledit projet a été lancé ce 30 mai 2023 .

C’est à Naki-Ouest, chef lieu de la commune de Tône 2 qui accueilli la cérémonie de lancement. Dans son mot d’ouverture, Françoise Dogoumangue, représentant la Directrice exécutive de l’association Tchowourè a souligné que ce projet vise à accompagner les femmes et les filles de la région des savanes dont la vulnérabilité s’est accrue ces dernières années à cause de la pandémie de la COVID 19 et de la crise sécuritaire avec son lot de déplacés et de réfugiés.  » Nous sommes une communauté forte et nous devons ensemble contribuer au développement de notre région » a t-elle conclu, s’adressant à ses sœurs. Le représentant du Directeur préfectoral de la santé, komlan Gbégnran a réaffirmé la disponibilité de son institution à soutenir le projet. Il a remercié l’association porteuse pour ses diverses actions au profit de la gente féminine des savanes et celle du district sanitaire de Tône en particulier.

Le Maire de la commune de Tône 2, Sibitidja Momaré s’est félicité du choix de sa commune pour abriter le lancement de ce projet. Il a exprimé ses remerciements à la coordonnatrice de l’association Tchowouré pour sa volonté d’accompagner sa commune vers l’émergence. « Divers phénomènes notamment la pandémie de COVID 19, les attaques terroristes avec les déplacements des populations, l’État d’urgence sécuritaire, les violences basées sur le genre, la pauvreté…ont rendu surtout la population féminine de la région des savanes plus sensibles, fragiles et vulnérables en ce qui concerne son droit à la santé sexuelle et de la reproduction et des violences à son égard « . a t-il souligné avant de rassurer l’association Tchowouré de son adhésion entière, engagement et disponibilité à accompagner les initiatives de ce projet pour le bonheur des bénéficiaires. Le projet ainsi officiellement lancé à été présenté à l’assistance.

« Au travers le projet SSR-VBG SAVANES, peuvent espérer les filles et femmes un éveil de prise de conscience sur leur droit à la santé sexuelle et Reproductive (DSSR); des connaissances sur sur les VBG et comment les prévenir ; un espace d’écoute, de confiance et de conseil et pour finir grâce à ce projet, elles pourront avoir une vie sexuelle plus responsable » espère Elisée Azoko Apéméku, coordinatrice du projet.

Rappelons que l’association Tchowourè est appuyé dans la mise en œuvre de ce projet par le projet Féministes en action (FEA) financé par l’agence française de développement AFD

Laabali

Published
Categorized as Santé

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *